15 février 2009

Soirée Joanna Quinn - Partie1

Et je commence avec un coup de gueule envers le forum des images. Ces soirées consacrées à l'animation existent depuis longtemps et j'y ai assisté toute l'année dernière quand elles étaient au Mélies à Montreuil. Quand elles s'appuient sur un invité il y a généralement deux parties, les films qui l'ont inspiré puis ses oeuvres. A l'époque il s'agissait bien d'une seule séance, longue et riche, que l'on payait qu'une seule fois. Or, mardi soir, il a fallu payer deux tickets, un pour chacune de ces parties. Grrrrr... Sans tarifs réduits en plus. Bon je peux dire que j'en ai eu pour mon argent tant cela fut intéressant, mais quand même... Il faut penser à nous, pauvres étudiants pour qui 10E représentent une fortune!

La séance de 19h fut très dense et mériterait un focus sur chaque auteur présenté. Je mettrais le film en ligne quand c'est possible (mais avec une qualité net parfois très discutable...). Joanna Quinn s’est montré très agréable, dynamique, réactive, et la traductrice qui l’accompagnait était parfaite ! Cette première séance se consacra à une sélection de films l’ayant marquée, programmés en regard de ses propres films. Avant de lancer la projection des trois premiers court-métrages, elle nous expliqua qu’elle découvrit l’animation par hasard, au cours de ses études, et qu’elle pensa tout d’abord qu’il n’existait qu’elle et Disney dans le monde de l’animation... :)

Carnival de Susan Young (1985, 5min)


Rope Dance/Seiltänzer de Raimund Krumme (1986, 9min30)
Le film

Your Face de Bill Plympton (1987, 3min)
Le film

Ces trois films très graphiques et sans décors sont à mettre en parallèle avec ceux de Joanna, qui privilégie le dessin rough et caricatural. Elle fut séduite par le travail de Bill Plymton, dessinateur ET animateur tout comme elle, dont le trait, les effets d'exagération et l'humour font dire à certains que leur travail se ressemblent. Je ne connaissais pas Carnival, qui n'est malheureusement pas disponible sur la toile, mais je l'ai trouvé très beau, quoique un peu long. Idem pour Rope Dance qui constitue une vraie leçon de perspective mais qui finit par lasser quand on a compris le procédé. Enfin la salle a très bien réagi au Plymton qui fait toujours beaucoup rire, même quand on l'a déjà vu des dizaines de fois!

Nous découvrons ensuite un autre animateur britannique et brillant (décidément), Marc Baker, qui fait preuve d'un réel talent d'observation, dont le timing est parfait et qui aime jouer sur les tailles, élément mis en avant par Joanna qui use également de ces transformations. Le très beau Feet of song, qui repose sur le rythme et le jeu de couleurs, contraste avec le film suivant qui est un habitué des programmes Politiquement incorrect d'Annecy. A la première vision il peut surprendre. En effet c'est laid, mal dessiné, absurde... Mais c'est justement ce côté absurde et les dialogues très drôles que l'invité a retenu, et sûrement également cette liberté de ton que peu osent prendre. Ce film m'a fait penser à Tony, et c'est lui qui en parle le mieux ^^

Hill Farm de Mark Baker (1988, 18min)
Le film

Feet of Song d’Erica Russell (1989, 4min)
Le film

Who I Am and What I Want
de David Shrigley et Chris Sheperd (2005, 8min)

Le film

La fin de la séance fut composé de trois autres court-métrages + une surprise. Tout d'abord un Robert Breer, de l'animation expérimentale assez loin de ce que fait Joanna Quinn mais qui l'a beaucoup marqué.
Ce film entremêle des actions en prise de vue directe avec des images animées au moyen d'associations et de transformations très rapides. Une expérience intéressante en tant que spectateur car les repères habituels sont distendus et on se laisse porter par ces images improbables. Là encore il y a énormément de liberté et d'originalité, ce qui a plu à Joanna qui a fait un atelier avec le réalisateur (que l'on retrouve lors de la seconde séance) mais qui avoue être plus "conservatrice" que lui.

Ensuite un superbe film tchèque sur la communication (héhé), que j'avais déjà vu et qui est très ingénieux. Un film sur la communication mais sans paroles, alors que Joanna trouve ses films trop bavards. Ceci constitue donc selon elle une bonne leçon. Et puis Entre deux soeurs... Haaa quel plaisir de le revoir sur grand écran! Film d'animation avec une technique de grattage de pellicule 70mm teintée puis tournée sur banc-titre... Ici Joanna nous explique avoir dit à Caroline Leaf qu'elle la trouvait obsessionnel, avant que celle-ci ne réponde qu'elle trouvait également le travail de Joanna obsessionnel. C'est dingue de faire ce genre d'animation oui, mais c'est ça qui est bon XD. Enfin la surprise fut un Tex Avery, auteur qu'elle adooore et qui reprend là encore le jeu sur la taille des personnages, King Size Canary. J'avoue que voir des toons sur grand écran est assez jouissif ^^

Swiss Army Knife With Rats and Pigeons
de Robert Breer (1980, 6min30)

Le film

Reci, Reci, Reci de Michaela Pavlatova (1995, 8min)
Le film

Two Sisters de Caroline Leaf (1991, 10min30)
Le film

King size canary de Tex Avery
Le film

Nous avions 15 minutes avant la séance suivante et nous avons donc couru engloutir quelques hamburgers avant d'enchaîner, suite au prochain épisode!

2 commentaires:

Geosette a dit…

Bizarre moi j'ai payé qu'une fois. faut dire que je n'ai pas succombé à l'appel de mon estomac ^^. En tout cas cette première partie était vraiment bien, même si two sisters ne m'a pas plus emballé que ça.

katchoo a dit…

Ha? Tu as payé qu'un fois pour les 2 séances? Loool tu as fraudé en fait XD. Parce qu'à la caisse il y avait bien deux séances distinctes, même ceux des Gobs qui ne sont pas sortis manger ont dû payer 2 fois 5E. Mais c'est intéressant à savoir, et peut-être à tenter XD